fb   tw   ln   youtube   wp  
  • 31 Atkinson Drive,

    Hillside, Harare, Zimbabwe

  • +263 4 778531/6

    info@afrodad.co.zw

  • 08.30 - 17.00

    Monday to Friday

AFRODAD, en collaboration avec la Coalition de l'éducation au Zimbabwe (ECOZI), a soumis au comité du Parlement de Zimbabwe chargé de l'enseignement primaire et secondaire une proposition sur les meilleures

options en matière de financement du secteur de l'éducation.

L'atelier d'initiation s'est tenu à l'hôtel Kadoma du 26 au 28 janvier 2019. Divers membres du personnel et actionnaires du ministère de l'Enseignement primaire et secondaire (MoPSE), y compris des syndicats d'enseignants, des organisations de la société civile et des entrepreneurs sociaux étaient présents. Ceci s’inscrit dans le contexte de la diminution continue des allocations budgétaires allouées au Ministère de l’enseignement primaire et secondaire afin d’obtenir des résultats productifs en matière d’éducation au Zimbabwe, conjuguée à la chute de l’aide totale accordée au secteur.

Selon le MOPSE / Banque mondiale, la part de l'éducation dans l'aide totale au Zimbabwe a diminué pendant les dernières 6 années, passant de 10% en 2009 à 6,9% en 2015. En revanche, le budget alloué à la MoPSE est passé de 177 millions USD en 2009 a US $ 890 millions en 2015. En 2016, l'allocation s'élevait à 810,43 millions USD et en 2019, le gouvernement avait alloué 1.162.681 000 USD (11% du budget national). Cette année, l’allocation budgétaire au MoPSE reste inférieure à 20% du budget national.

L’honorable Jacob Mudenda, président de l’Assemblée nationale, qui a prononcé le discours principal à l’atelier, a exprimé son inquiétude face aux difficultés financières que le secteur de l’éducation continue de connaître. Il a mis au défi le comité de proposer des solutions permettant à l'exécutif de mettre en œuvre une éducation de base gratuite pour tous, droit qui, selon lui, est inscrit dans la constitution nationale. Il a également appelé les organisations de la société civile à non seulement interroger le gouvernement sur des questions préoccupantes, mais également à proposer des solutions aux défis qui affectent le secteur de l'éducation.

Dans une présentation d’ECOZI incluant les préoccupations exprimées par AFRODAD et d’autres partenaires, le Directeur Exécutif par intérim d’ECOZI, M. Liberty Matsive, a indiqué que la baisse des flux d’aide et du financement affectait le secteur de l’éducation non seulement au Zimbabwe mais également dans le reste de l’Afrique. Il a proposé diverses solutions exhortant les pays en développement à adopter des méthodes novatrices de financement durable du secteur de l’éducation, telles que des réformes de l’administration fiscale, la mobilisation du secteur privé, la valorisation des envois de fonds et la création d’un fonds pour l’éducation nationale.