fb   tw   ln   youtube   wp  
  • 31 Atkinson Drive,

    Hillside, Harare, Zimbabwe

  • +263 4 778531/6

    info@afrodad.co.zw

  • 08.30 - 17.00

    Monday to Friday

AFRODAD a rejoint diverses parties prenantes et organisations régionales de la société civile (OSC) qui ont participé à la conférence régionale de l'OSISA, tenue les 2 et 3 juillet 2019 à Johannesburg, en Afrique du Sud. La conférence multipartite de deux jours

a résulté de l’inquiétude croissante suscitée par l’endettement croissant des pays d’Afrique australe, qui menace ainsi les aspirations au développement.

Dr. Fanwell Bokosi, Directeur exécutif d’AFRODAD, a représenté l’organisation en tant que membre du panel sur l’un des sujets de discussion proposés: «Est-ce que les partenariats public-privé sont une bénédiction ou une malédiction?» en mettant l’accent sur les avantages et les inconvénients des PPP dans la région. Parmi les autres intervenants figuraient Mme Caroline Chema Eric - Banque mondiale, responsable des opérations PPP; M. Isaah Mhlanga, Alexander Forbes Investment, économiste en chef et Mme Lebohang Pheko – Collectif du Commerce, chercheur principal.

Les PPP servent souvent comme un outil utile pour favoriser le développement. Cependant, les PPP ont également une forme de négativité telle que la longévité des projets, la marginalisation des femmes et des communautés et l'augmentation de la dette publique.

Vous voyez, les PPP sont une opportunité pour un financement mixte qui permet aux gouvernements de fournir des services qui ne seraient autrement pas disponibles. Ces partenariats sont stratégiques pour améliorer l'efficacité, la robustesse et la qualité des services publics. Cependant, M. Bokosi a souligné l'autre aspect des PPP qu'il ne faut pas négliger. Il a abordé les défis associés aux PPP, tels que le coût très élevé par rapport aux services publics et les difficultés de négociation et de renégociation. Ils portent aussi beaucoup de risques et ils manquent souvent de transparence et de responsabilités suffisantes. «Très peu de PPP ont obtenu les résultats de développement qu’ils avaient promis de réaliser», a souligné le Dr Bokosi. La position d’AFRODAD est que si à l’avenir les pays africains souhaitent engager dans des PPP, il est nécessaire de délimiter des projets spécifiques qui les nécessitent car les déficits de financement seront toujours présents. Les gouvernements africains ne doivent pas être pressés d'exécuter de tels projets; ils doivent d’abord planifier ce qui est important et pertinent pour l'amélioration de la communauté qui mérite une meilleure prestation de services. Si vous examinez la situation de manière analytique, les PPP ne sont pas toujours mauvais, MAIS il est nécessaire d’approcher les PPP d’une manière suffisamment transparente et sur laquelle les deux parties doivent débattre pour obtenir les résultats escomptés. Les PPP devraient donner la priorité aux gens, ce qui n’est pas souvent le cas!