fb   tw   ln   youtube   wp  
  • 31 Atkinson Drive,

    Hillside, Harare, Zimbabwe

  • +263 4 778531/6

    info@afrodad.co.zw

  • 08.30 - 17.00

    Monday to Friday

AFRODAD, en partenariat avec OXFAM, organisera une formation à l'intention des médias sur la gestion de la dette les 29 et 30 mai 2019 au Malawi sous le thème

: Partenariat avec Media sur la dette.

Gestion pour un développement durable et inclusif en Afrique.

La formation vise à sensibiliser les professionnels des médias aux conséquences des dettes publiques et garanties sur les droits de l'homme, la pauvreté, les inégalités et les performances macroéconomiques. Les professionnels des médias formés devraient devenir des champions du rapportage sur la gestion de la dette et les questions connexes. L’augmentation du nombre de reportages dans les médias sur la gestion de la dette et les questions connexes, en particulier la contraction de la dette, l’enregistrement et l’analyse de la dette, est essentielle pour faire entendre la voix et exiger des comptes. Un atelier de formation d’une journée et demie sera organisé à l’intention de certains journalistes de divers médias privés et publics. AFRODAD va former un groupe de journalistes après l'atelier de formation afin d’assurer la continuité de rapportage sur la gestion de la dette.

Dans le cadre de la formation aux médias sur la gestion de la dette, il est essentiel de savoir que le Malawi a accumulé de la dette à un rythme rapide au cours des dernières années et que son niveau de dette est élevé par rapport à ses homologues de la SSA. Depuis l’allégement de la dette PPTE et IADM en 2006, la dette du Malawi a plus que doublé et représente désormais 54,3% du PIB, contre 26,7% du PIB en 2007, juste après l’allégement. C’est l’un des taux d’accumulation de dette les plus rapides parmi les pays ayant bénéficié de l’allégement de la dette. Bien que tous les indicateurs de référence de la charge de la dette extérieure restent en deçà des seuils indicatifs, la dette extérieure publique reste vulnérable aux chocs exogènes, notamment ceux affectant les recettes d'exportation, le taux de change et les chocs climatiques. Le gouvernement a continué de rechercher de nouvelles lignes de crédit auprès des prêteurs sans régler les arriérés actuels. Comme indiqué sur la dette intérieure brute perpétuelle (206,6 milliards de MK à la fin de 2012 et 1 Billion de MK à la fin de 2017).

Résultats attendus:

  1. Une compréhension, une adoption et une diffusion accrues de l’information sur la dette parmi les citoyens Malawiens;
  2. Amélioration de la couverture des problèmes de gestion de la dette et des finances publiques dans les médias du Malawi;
  3. Une demande accrue de transparence et de responsabilité vis-à-vis de l’utilisation de l’argent des contribuables par les citoyens de la part des détenteurs de la solution aux niveaux local et national; et
  4. Une base de données de journalistes engagés à rendre compte des partenariats public-privé pour le développement économique.