fb   tw   ln   youtube   wp  
  • 31 Atkinson Drive,

    Hillside, Harare, Zimbabwe

  • +263 4 778531/6

    info@afrodad.co.zw

  • 08.30 - 17.00

    Monday to Friday

Au cours des dernières années, AFRODAD a jugé crucial de travailler avec les parlementaires et d'autres organisations de la société civile (OSC) pour réfléchir aux problèmes des flux financiers illicites et à la manière de contribuer conjointement à l'arrêt de ces crimes.

Les volumes d'IFF en provenance d'Afrique sont énormes et ont augmenté au fil des ans. Les données de la littérature sur FFIs, notamment le rapport du Groupe de haut niveau sur les FFIs en provenance d'Afrique, font valoir que si les flux illicites sont réduits et ces fonds utilisés au niveau national, l'ampleur de l’impact des flux sur le développement va réduire ainsi que la dépendance de l'Afrique à l'aide et des emprunts extérieurs pour financer le développement. Actuellement, les flux financiers illicites en provenance de l'Afrique sont estimés à 50 milliards USD par an. Les FFIs limitent les dépenses publiques dans certains des secteurs les plus critiques tels que l'éducation, santé, etc. En outre, les FFIs compromettent le contrôle, l'accès et la propriété équitables des ressources naturelles. Cette catastrophe n'est pas exclusive à la SADC mais à d'autres régions Africaines. C'est dans cette optique que la lutte contre les FFI reste une condition préalable à une mobilisation efficace et efficiente des ressources intérieures et au financement du développement durable.

Les participants que l'AFRODAD invite habituellement comprennent les parlementaires des parlements nationaux et régionaux d'Afrique (Parlement panafricain, Forum parlementaire de la Communauté de développement de l'Afrique australe, Parlement d'Afrique de l'Est et Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest), Asie, Europe et Amérique latine. Des experts travaillant sur les FFI de la Banque africaine de développement, de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique et des communautés économiques régionales telles que la SADC, la CAE et la CEDEAO, des OSC panafricaines et des organisations de la société civile mondiale travaillant sur les FFI.

Le prochain dialogue aura lieu au premier trimestre de 1019.